Office de Tourisme d'Aix-en-Provence


15° | 18°

AUJOURD'HUI: mercredi 1 octobre

15° | 26°
Actuellement : Peu nuageux
Temperature: 18°C
Vent: NO 8km/h
Humidité: 83%

jeudi

13° | 25°

vendredi

12° | 25°

samedi

12° | 23°

dimanche

13° | 22°

lundi

15° | 20°

mardi

16° | 21°


Histoire

Email This Page

De l’oppidum celto-ligure d’Entremont au nouveau quartier Sextius-Mirabeau, en passant par la Ville comtale et les nombreux hôtels particuliers du quartier Mazarin, Aix-en-Provence est un livre d’histoire à ciel ouvert. Riche et vivante d’un patrimoine plusieurs fois millénaire, la capitale de la Provence se conjugue à tous les temps.

L’histoire commence il y a 2000 ans

Entremont, capitale politique de la confédération des celto-ligures, était une cité ouverte aux échanges. Elle possédait une civilisation avancée dont témoignent les fouilles archéologiques et la statuaire exposée au Musée Granet.

En 122 av. J.C., les romains abandonnent le plateau d’Entremont au profit d’un site d’où jaillissent des sources : Aquae Sextiae (les Eaux de Sextius) est née. Devenue colonie romaine, la ville est une étape entre l’Italie et l’Espagne et connaît un développement urbain et thermal important. Avec la diffusion du christianisme, une page se tourne. Evêché dès le début du Ve siècle, puis siège de l’archevêché de la province ecclésiastique, Aix-en-Provence s’affirme aussi comme capitale.

Le règne des Comtes

En 1182, Aix-en-Provence devient résidence des Comtes de Provence. La ville se développe autour de trois pôles : le palais comtal, la cathédrale Saint-Sauveur et de nouveaux quartiers artisanaux et marchands. Elle déborde de ses anciens remparts avec l’installation de nombreux couvents dont le plus célèbre est celui des Hospitaliers de Saint Jean de Malte, future sépulture des Comtes. De cette époque, la ville a gardé son enceinte circulaire, se déroulant à partir du vieux Bourg Saint Sauveur.

En 1409, Louis II d’Anjou fonde l’Université. Sous le règne de son fils, René (1409-1480), Aix-en-Provence se dote d’une administration efficace et devient un foyer de création artistique. Cet âge doré a sans doute contribué à la légende de la Reine Jeanne et du « bon Roi René », dont la statue est  présente en haut du Cours Mirabeau. Un an après sa mort, la Provence est rattachée au Royaume de France. Mais pendant deux siècles, la ville refuse la politique centralisatrice de la monarchie.

Le temps des hôtels particuliers

Il faudra attendre Louis XIV pour que cette ville « rebelle » devienne « courtisane », organisée autour du pouvoir judiciaire et religieux. Dynamisée par une prodigieuse évolution sociale et urbaine, Aix-en-Provence change. L’espace architectural s’amplifie. Aristocrates, conseillers, magistrats et notables quittent leurs demeures de la ville médiévale pour s’installer dans le nouveau quartier Mazarin, créé par le frère du Cardinal Mazarin, à partir de 1646.

En 1650, le parlement ouvre un cours à carrosses à l’emplacement des remparts abattus. Il deviendra au XIXe siècle le cours Mirabeau, du nom de « l’idole de la Provence », parlementaire du Tiers Etat en 1789. Les façades richement décorées, les portails monumentaux des hôtels particuliers affichent la réussite de leurs propriétaires. Dans leurs salons se retrouvent hommes de lettres, savants et artistes.

Les fondations religieuses sont nombreuses, enseignantes et hospitalières pour la plupart.

Un grand bon en avant

La ville rejette la révolution industrielle et choisit de vivre « hors de son temps » pendant un siècle. Mais depuis le milieu du XXe siècle, Aix-en-Provence connaît un essor démographique et économique sans précédent.

Aujourd’hui, la ville affirme avec dynamisme son développement universitaire et culturel. Les travaux de réhabilitation du centre historique, le renouveau du Festival d’Art Lyrique, la Cité du Livre, le Centre Chorégraphique National , le Grand Théatre de Provence et le Conservatoire témoignent de sa vocation culturelle, ouverte sur le monde.

L’expansion économique d’Aix-en-Provence se construit également autour des activités tertiaires et des entreprises de haute technologie qui ancrent la ville dans le troisième millénaire. Ainsi se présente Aix-en-Provence en ce début de XXIe siècle. Une cité aux dimensions humaines où cohabitent en parfaite harmonie un patrimoine préservé et la ville de demain. Le quartier Sextius Mirabeau, dernier « maillon » qui relie la ville à sa nouvelle histoire, est le meilleur exemple de ce dynamisme retrouvé.